#15 - Le vrai avantage des enfants


Plus on est jeune, plus c’est facile d’apprendre ! C’est bien connu !

Les enfants sont donc avantagés.

Et les adultes, à l’inverse, sont pénalisés.

On dit même qu’il y a un certain âge critique.

Certains diront 25 ans. D’autres diront 26.

Les capacités du cerveau régresseraient avec l’âge.

Combien de fois j’ai entendu cette superstition moyenâgeuse ?

Bon, peut-être qu’on n’a pas le même cerveau à 12 ans et à 63 ans. Mais quand même…

En réalité, le vrai problème, ce n’est pas l’âge de notre cerveau.

Le vrai problème, ce sont nos limites mentales.

Un enfant, de sa naissance à l’âge de 3 ans, n’a aucune limite. Tout est encore possible !

Un enfant en bas âge ne se demande pas si c’est possible ou non d’apprendre une langue. Ni si c’est facile ou difficile.

Il va le faire, sans se poser de questions.

Et ça vaut pour tous les domaines de la vie !

Il va même prendre ça comme un jeu. D’où l’expression “C’est un jeu d’enfant.”.

Au fil du temps, des limites mentales vont finir par s’installer avec l’entourage familial, l’école, la société, les mauvaises croyances et les mauvaises expériences.

Un adulte est un enfant qui a grandi avec des limites mentales.

Si vous avez connu des mauvais profs d’espagnol, en plus d’avoir collecté des mauvaises notes du collège au lycée, il va être difficile de se considérer comme “bon en espagnol”.

Un carcan de “nul en espagnol” risque de s’installer. Et c’est là le vrai problème !

A l’inverse, des polyglottes de plus de 70 ans continuent à apprendre des langues. Comme si c’était un jeu d’enfant.

Tout est une question d’approche et de mode de pensée.

Il suffit donc de penser comme un enfant.

Il suffit de ne pas se fixer de limites. Et de se dire que “Tout est (encore) possible !”.


En attendant la suite...