Notes - 31-40

< 21-30

#31 - La culture d'un pays et sa religion

On peut s’abstenir de parler politique en voyage. Même quand c’est (très) tentant !

Mais avec la religion, c’est une autre histoire !

Surtout quand elle est étroitement liée à la culture et à la politique d’un pays.

D’ailleurs, la religion est restée omniprésente dans la culture de nombreux pays à travers le monde. Pour ne pas dire tous !

Le système de croyances est une partie intégrante de l’humain. Et c’est compréhensible quand on s’est longuement intéressé aux fondamentaux du sujet.

Dans tous les cas, si vous parlez de religion en étant maladroit, vous risquez de vous attirer autant d’ennuis que d’ennemis. Surtout dans certains pays.

Certains locaux seront amenés à vous parler de religion. Avec une certaine passion, et une certaine foi !

Je me souviens notamment d’une rencontre avec un commerçant israélien à Budapest.

Il était très fier de son pays comme de sa religion.

Il me demandait même si je parlais hébreu.

Dans ce genre de cas, faites comme avec les avis politiques. Restez neutre !

Ou acquiescez, au mieux ! Même si vous pensez tout le contraire !

Encore une fois, vous n’êtes pas en voyage pour lancer des débats philosophiques, ésotériques, théologiques ou métaphysiques. Et encore moins avec tout le monde !

Je vous souhaite déjà du courage si vous avez cette fâcheuse habitude dans votre propre pays.

Et surtout, veillez à respecter les coutumes du pays. Surtout si elles sont étroitement liées à la religion.

Même si elles ne sont pas forcément en accord avec vos valeurs.

Ça vous évitera au mieux d’être regardé en biais.

Et au pire, d’avoir de gros ennuis !

#32 - Les critiques du voyageur

En tant que touriste, il est plutôt mal vu de critiquer ouvertement (ou indirectement) un pays, sur ses aspects sociétaux comme culturels.

On peut aussi dire politiques et religieux pour certains.

C’est surtout une question de respect envers les locaux.

Surtout quand on sait que la liberté d’expression n’est pas la même d’un pays à l’autre.

On m’avait dit qu’un touriste en France ne risquait pas la prison s’il disait du mal d’un personnage ou d’un parti politique.

C’est vrai. Mais vous n’aimeriez pas qu’un touriste critique ouvertement un personnage politique (aussi important soit-il !) ou votre pays en général. Même si vous n’en pensez pas moins !

Et bien c’est la même chose lorsque vous êtes étranger dans un pays.

Vous pouvez aussi avoir affaire à des locaux patriotes. Et qui vous le feront bien sentir !

Et dans certains pays, la critique ouverte est considérée au mieux comme un délit.

#33 - Le risque terroriste en voyage

Il n’y a pas besoin d’aller dans tel pays pour avoir affaire à de mauvaises personnes de ce même pays.

C’est la même chose pour les zones géographiques.

On peut citer les pays d’Europe de l’Est ou d’Amérique du Sud (au sens large, et selon les clichés !) tant c’est devenu des exemples classiques en matière de “pays dangereux”. Surtout pour les (riches) touristes !

De la même manière, il n’y a pas besoin d’aller au Maroc, en Tunisie, en Turquie, en Egypte, en Malaisie ou dans n’importe quel pays musulman pour être victime d’un attentat.

Je me sentais bien plus en sécurité en Hongrie, en Croatie et en Tunisie qu’en France à tous ces niveaux. Même si j’ai été amené à croiser des gens plutôt louches. Du moins, en apparence !

Et puis, il n’y a pas besoin de voyager pour se faire voler, arnaquer ou agresser dans la rue. Ni pour être une prochaine victime d’un attentat.

Il n’y a qu’à voir en France, où il suffit de lister les derniers attentats en date, à commencer par celui de janvier 2015 !

On ne compte même pas le nombre d’attentats déjoués entre temps.

#34 - La différence entre Europe et Euro

J’ai écrit cette note le 29 septembre 2018 à l’origine. Des changements seront donc à prévoir entre temps.

Si vous voyagez, le problème de la monnaie locale peut se poser.

Je veux parler d’une monnaie différente de l’euro, bien sûr.

Si vous allez sur un autre continent, c’est prévisible.

Au Japon, vous paierez en yens.

Aux États-Unis, vous paierez en dollars.

Au Brésil, vous paierez en réals, etc.

Jusque là, rien de nouveau !

Par contre, si vous êtes en Europe, vous risquez d’avoir des surprises.

Eh oui ! Il y a une différence entre Europe et Euro.

Les pays à part

Vous devez les connaître. Il s’agit du Royaume-Uni (livres sterling) et de la Suisse (francs suisses).

Ces pays ont décidé de garder leur monnaie.

Les pays nordiques (à l’Ouest)

Les pays nordiques de l’Ouest (Suède, Norvège, Danemark) ont leurs couronnes respectives.

Le principe est le même.

L’Europe de l’Est

Là, ça devient traître !

Comme certains pays de cette région ont intégré l’Union Européenne, on aurait tendance à penser qu’ils sont passés à l’euro juste après.

Mais ce n’est pas le cas de tous, malheureusement !

Certains pays ont décidé de garder leur monnaie locale, à savoir :

  • la Hongrie (forint)
  • la Croatie (kuna)
  • la Pologne (zloti)
  • la République Tchèque (couronne tchèque)
  • la Roumanie (leu roumain)
  • la Bulgarie (lev bulgare)

Pour ma part, j’ai découvert qu’ils n’utilisaient pas l’euro en Croatie, mais bien le kuna.

C’était juste après avoir réservé mon billet d’avion et mon AirBnB.

Je vous laisse imaginer l’effet de surprise.

Et c’était la même quand j’avais réservé mon billet de bus avec l’hôtel pour Budapest.

Les cas particuliers

Il y a aussi deux pays d’Europe de l’Est qui utilisent l’euro, sans faire partie de l’Union Européenne : le Monténégro et le Kosovo.

C’est bizarre, mais toujours bon à savoir !

Des changements à prévoir ?

Certains des pays cités peuvent se mettre à l’euro dans les quelques jours, mois ou années à venir.

J’ai même entendu dire que la Croatie serait prête à adopter l’euro aux alentours de 2019.

Le Monténégro utilisait encore le dinar serbe assez récemment.

Attendez-vous donc à des changements !

#35 - Désactiver les données cellulaires en voyage

En sortant de l’avion, on peut activer les données cellulaires, sans même s’en rendre compte !

Il suffit de laisser le réseau de données cellulaires activé, sans penser à le désactiver avant de prendre l’avion.

Et cette erreur peut coûter (très) cher !

En dehors de l’Union Européenne, un simple Mo peut coûter 25 € ! Et j’exagère à peine !

J’ai pris connaissance de ce tarif lors de mes brefs passages au Monténégro et en Bosnie.

En Afrique du Nord, le tarif peut faciler doubler !

J’en connais qui ont payé des sommes comme :

  • 12 €, pour 2 à 3 secondes d’activation !
  • 60 €, pour une minute d’activation, avant de recevoir un SMS d’alerte, suivi d’un blocage !
  • peut-être une bonne centaine d’euros, pour avoir laissé la 4G activée toute une journée !

Ces personnes se reconnaîtront.

Le premier bon réflexe est de mettre son téléphone en mode avion, avant même d’embarquer.

La carte SIM sera donc désactivée.

Et qui dit carte SIM désactivée dit aucune chance d’utiliser une connexion cellulaire. Même par mégarde !

D’un côté, on ne pourra pas envoyer et recevoir de messages, ni d’appels.

Mais c’est impensable sans forfait avantageux.

D’un autre côté, on peut toujours utiliser le Wi-Fi. Car ça fonctionne bel et bien en mode avion.

D’ailleurs, comment expliquez-vous que le Wi-Fi est disponible dans certains avions ?

On peut toujours utiliser des applications comme Skype, Viber ou Whats App pour les messages et les appels avec un accès au Wi-Fi.

Si vous avez une option “Économiseur de données”, n’hésitez pas à l’activer !

Et enfin, empêchez toute mise à jour automatique ou transfert de données en dehors d’une connexion Wi-Fi.

On peut aussi enlever la carte SIM de son téléphone et la garder dans un endroit sûr.

C’est la solution la plus radicale.

L’idéal est même de prendre une carte SIM avec un forfait local.

Ça permet de continuer à utiliser son téléphone comme il se doit.

Et ça évite aussi les mauvaises surprises au retour.

Veillez aussi à ce que les applications de messagerie par Wi-Fi (comme celles citées) ne vous facturent pas les appels et les messages à l’étranger.

J’ai encore entendu des rumeurs à ce sujet.

#36 - L'écriture spontanée

On peut “apprivoiser” sa créativité avec des notes, histoire de reprendre des idées de sujets listés à l’avance.

Mais on peut aussi aborder un sujet d’une manière simple et spontanée. Comme ça ! Sur un coup de tête !

Quand une idée vient, c’est justement un bon moment pour se lancer !

Et on peut créer tout type de contenu de cette manière.

On peut décider d’aborder un sujet à l’écrit en ouvrant son éditeur de textes.

On peut décider d’aborder un sujet en vidéo en allumant sa caméra.

On peut décider d’aborder un sujet en audio en appuyant sur le bouton REC de son application d’enregistrement de podcasts.

Créer du contenu d’une manière spontanée peut devenir une excellente habitude.

Plus vous le ferez, plus la créativité viendra vers vous et vous incitera à recommencer. Naturellement.

#37 - Ecrire sur son téléphone

J’avais hésité à écrire chacune de mes notes sur mon téléphone, il y a un moment.

Je trouvais qu’écrire un article comme n’importe quel texte avec un ordinateur était toujours plus rapide et pratique. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Avec un téléphone, on est déjà plus mobile.

On peut écrire dans n’importe quel pièce en toute facilité.

On peut même écrire à l’extérieur. Comme dans le métro, à la plage ou dans une file d’attente à la boulangerie.

Les idées viennent aussi (beaucoup) plus facilement. Surtout dans un espace ouvert.

On a aussi tendance à écrire son message comme si on écrivait un mail à un ami. Ou un long SMS.

Et en plus, le correcteur automatique et l’auto-complétion nous facilitent la tâche.

Voici donc une nouvelle habitude d’écriture à prendre.

#38 - Le contenu passe-partout

Le meilleur moyen de plaire à personne, c’est de vouloir plaire à tout le monde. En créant du contenu fade et “passe”.

En gros, n’évoquez aucun sujet “sensible”.

Ne parlez ni politique, ni religion.

N’employez aucun mot qui fâche.

Ne choquez personne.

Et surtout, ne donnez pas votre avis.

En suivant ces règles, vous aurez toutes les clés pour être un créateur sans saveur.

Le rendu final ressemblera au pire à un N-ième tuto explicatif de chez Bricomarché. Et au mieux, à un envoyé spécial de France 2.

C’est bien gentil d’écrire des articles “neutres” et explicatifs en mode “Wiki How”. Mais ça va 5 minutes !

Votre audience ne cherche pas seulement des tutos ou des astuces.

Votre audience cherche aussi un être humain qui partage sa passion et la fait vibrer.

#39 - Le carcan du créateur

Quand on a décidé de partager un sujet, on veut s’y spécialiser.

Et on finit par s’y limiter. Jusqu’à en faire le tour, et en avoir le dégoût.

Mais il y a aucune honte à changer de sujet, de temps à autre.

Surtout si ce sujet reste plus ou moins lié au sujet de départ.

Anthony Robbins consacre tout un chapitre à la nutrition dans son livre Pouvoir Illimité, qui est censé être un “résumé” de la PNL.

Le Joueur du Grenier consacre des hors-sujets à des dessins animés, des films, des séries, des émissions télé et des pubs. Même si la thématique de départ est les (mauvais) jeux rétros.

Les vidéastes qui se sont spécialisés dans le webmarketing n’hésitent pas à parler de développement personnel par moments. Même si les deux sujets ne sont pas directement liés au départ.

J’ai moi aussi l’intention de switcher entre 4 différentes thématiques, à savoir :

  • le développement personnel (orienté style de vie)
  • l’apprentissage des langues
  • les voyages
  • l’écriture

Eh oui ! Ça fait aussi partie de mon parcours de Lifestyle Learner !

#40 - La meilleure habitude des auteurs

Les meilleurs auteurs sont les meilleurs lecteurs.

Lire est un des meilleurs moyens de trouver de l’inspiration.

On peut trouver cette inspiration dans des livres pratiques, des romans, des blogs, des BDs, des comics, et même des mangas.

Lire est l’un des meilleurs moyens de se former.

Il suffit de lire 3 livres sur un sujet précis pour en connaître plus que 80 % de l’humanité.

Lire est un bon moyen de se détendre. Surtout avant d’entamer une (longue) nuit de sommeil.

Lire est aussi l’une des meilleures habitudes qui existe.

Et ça, toutes les figures du succès (financier, entres autres !) le savent.

Un proverbe dit d’ailleurs :

Les pauvres ont une grande télé. Les riches ont une grande bibliothèque.

Et il n’y a pas besoin de devenir un rat de bibliothèque.

20 minutes par jour suffisent largement.

Vous ne remercierez jamais assez cette habitude ensuite.

> 41-50