Notes - 11 à 20

Retour au sommaire

Précédent (1 à 10)


#11 - Les donneurs de leçons

Les donneurs de leçons, ce sont les premiers à donner des conseils. Et les derniers à les appliquer !

Ce sont aussi les derniers à parler en connaissance de cause.

On peut les résumer en une phrase : “Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais !”.

Ils sont les premiers à nous dire d’apprendre une langue “importante” comme le chinois. Même s’ils n’en parlent pas un mot.

Ils sont les premiers à nous conseiller le Canada ou l’Australie comme prochain lieu d’expatriation. Même s’ils sont les derniers à y avoir mis les pieds.

Ils sont les premiers à nous dire de faire de hautes études. Même s’ils n’ont déjà pas obtenu leur bac.

Vous n’avez donc aucun conseil à recevoir de ces gens-là.

Vous pouvez aussi les rembarrer, en leur demandant s’ils ont déjà appliqué leurs conseils.

Par ailleurs, ceux qui se mêlent de la vie des autres (en plus de vouloir la diriger !) ne sont déjà pas capables de gérer la leur.

#12 - Privilégier le matin

Le matin est le meilleur moment de la journée.

C’est le moment où on est le plus productif. Même quand c’est lundi !

Il suffit de se lever plus tôt. Et de commencer plus tôt.

Il est toujours plus difficile de se lancer à des heures tardives.

Le soir, on trouve toutes les excuses du monde pour ne rien faire. Et tout repousser au lendemain.

On est facilement tenté de regarder un film qui nous captive sur le moment, une série de vidéos sur Youtube, de sortir ou de passer du bon temps en couple, avec des amis ou en famille.

#13 - Le petit-déjeuner en mode zen

Une majorité de gens ne savent pas prendre leur petit-déjeuner en silence. Sans allumer la télé, ni la radio.

Certains ne peuvent pas s’empêcher le lire le journal local avec leur café, et Télé Matin sur France 2 ou France Info en bruit de fond.

Or il n’y a rien de tel pour mal commencer la journée que de se remplir la tête de toutes sortes d’informations négatives.

Vous aurez beau apprendre des nouvelles comme :

  • un accident de car sur un passage à niveau à St-Malo, avec un bilan de 52 morts
  • un village détruit par un tremblement de terre en Inde
  • de nouveaux bombardements en Syrie
  • la nouvelle phrase choc d’un politique, qui est récemment accusé de détournement de fonds ou de trahison envers son parti, etc.

Qu’est-ce que ça va changer dans votre vie, concrètement ? Si ce n’est de vous mettre dans un mauvais état d’esprit dès le matin.

Le mieux, c’est de prendre votre petit-déjeuner en appréciant cet instant dans le silence.

C’est la meilleure façon de bien commencer sa journée. Et d’avoir le bon état d’esprit pour l’affronter. Surtout si elle s’annonce déjà difficile.

Vous verrez la différence au fil des jours.

Vous verrez la différence dès la première semaine.

Votre état d’esprit pour affronter vos journées ne sera plus le même.

Votre vision du monde risque aussi de changer. Et dans le bon sens !

#14 - La seule condition pour parler une langue

Une seule condition suffit pour parler une langue.

Il suffit d’en parler un mot.

Oui, vous avez bien lu !

Si vous savez dire “Bonjour !” en hébreu, vous savez déjà parler hébreu.

Si vous savez dire “Merci !” en grec, vous savez déjà parler grec.

Si vous savez dire “Je m’appelle Michel.” en japonais, vous savez déjà parler japonais.

Vous voyez ? Parler une langue, c’est aussi simple que ça !

Même si, dans l’absolu, “parler une langue” sous-entend “parler couramment cette langue”.

#15 - Le risque terroriste en voyage (comme partout ailleurs !)

Il n’y a pas besoin d’aller dans tel pays pour avoir affaire à de mauvaises personnes de ce même pays.

C’est la même chose pour les zones géographiques.

On peut citer les pays d’Europe de l’Est ou d’Amérique du Sud (au sens large, et selon les clichés !) tant c’est devenu des exemples classiques en matière de “pays dangereux”. Surtout pour les (riches) touristes !

De la même manière, il n’y a pas besoin d’aller au Maroc, en Tunisie, en Turquie, en Egypte, en Malaisie ou dans n’importe quel pays musulman pour être victime d’un attentat.

Pour ma part, je me sentais bien plus en sécurité en Hongrie, en Croatie et en Tunisie qu’en France à tous ces niveaux. Même si j’ai été amené à croiser des gens plutôt louches. Du moins, en apparence !

Et puis, il n’y a pas besoin de voyager pour se faire voler, arnaquer ou agresser dans la rue. Ni pour être une prochaine victime d’un attentat.

Il n’y a qu’à voir en France, où il suffit de lister les derniers attentats en date, à commencer par celui de janvier 2015 !

On ne compte même pas le nombre d’attentats déjoués entre temps.

#16 - La créativité est un chat

La créativité, c’est comme un chat.

On ne l’attire pas en lui courant après. Même quand il s’agit d’un chat domestique, au sens propre et figuré.

Mais on peut l’attirer avec des croquettes.

En même temps, et par définition, un chat, ça vient quand ça veut !

Et bien c’est la même chose avec la créativité !

Elle ne se manifeste pas toujours comme on veut. Ni quand on veut !

Mais on peut toujours l’attirer avec des notes. Surtout quand elle est prête à se manifester.

#17 - Voyager ne fait pas tout

On connaît tous l’adage “Voyager forme la jeunesse.”.

C’est vrai dans l’absolu. Mais un voyage ne forme pas toujours une personne.

Un voyage, aussi long soit-il, ne fait pas l’évolution d’une personne à lui seul.

J’en connais qui ont beaucoup voyagé (au sens de faire le tour du monde, pendant des années !), mais qui ne sont pas aussi évolués qu’ils l’affirment.

Certains sont même restés inchangés. Même s’ils pensent tout le contraire !

Ils sont même moins évolués que certains qui ont rarement quitté leur lieu d’origine, voire jamais !

Il ne suffit donc pas de voyager pour évoluer.

L’évolution est avant tout un choix personnel.

#18 - Ecrire sur son téléphone

J’avais hésité à écrire chacune de mes notes sur mon téléphone, il y a un moment.

Je trouvais qu’écrire un article comme n’importe quel texte avec un ordinateur était toujours plus rapide et pratique. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Avec un téléphone, on est déjà plus mobile.

On peut écrire dans n’importe quel pièce en toute facilité.

On peut même écrire à l’extérieur. Comme dans le métro, à la plage ou dans une file d’attente à la boulangerie.

Les idées viennent aussi (beaucoup) plus facilement. Surtout dans un espace ouvert.

On a aussi tendance à écrire son message comme si on écrivait un mail à un ami. Ou un long SMS.

Et en plus, le correcteur automatique et l’auto-complétion nous facilitent la tâche.

Voici donc une nouvelle habitude d’écriture à prendre.

#19 - Une question d’importance

Johnny était un chanteur célèbre, critiqué et haï par des millions de gens.

Mais Johnny avait aussi des millions de fans. Et il le savait !

C’est encore le cas aujourd’hui.

Johnny se fichait complètement des millions de haters.

Il ne chantait pas pour eux, de toute façon.

Johnny chantait pour ses fans et partageait sa passion pour la musique avant tout.

Ça me rappelle une discussion avec une personne.

Quand je lui avais dit : “Au fait, untel a (encore !) dit du mal de toi !”, sa réponse m’a marqué :

“Eh ben ! Je suis si importante que ça ?”

Et elle avait raison !

Si on parle de nous, en bien comme en mal, on nous donne de l’importance.

Si au contraire, personne ne parle de nous, on ne nous donne aucune importance.

Et ça, Johnny l’avait compris !

Tous les haters qui le critiquaient et disaient du mal de lui, jusqu’à boycotter ses concerts, n’arrivaient qu’à une seule chose : lui faire de la (bonne) pub !

Andy Warrol disait d’ailleurs :

Toute publicité est bonne publicité.

#20 - L’écriture minimaliste

Seth Godin est un blogueur et auteur connu dans le domaine du marketing.

Si vous êtes à l’aise avec l’anglais, je ne peux que vous conseiller son blog.

Cet auteur a l’art d’écrire des articles courts, simples et efficaces.

Certains de ses articles font même 2 à 3 paragraphes seulement.

Il ne se prend pas la tête.

Il écrit son article comme s’il parlait à un ami.

Et il hésite encore moins à faire d’une phrase un paragraphe.

Comme ici.

Bref, Seth Godin est un modèle en matière d’écriture minimaliste.

Il est la preuve vivante qu’on peut écrire d’excellents articles, sans se prendre la tête avec la longueur, le style, et même le sujet abordé !


Suivant (21 à 30)

Retour au sommaire