Notes - 11-20

< 1-10

#11 - L'excuse du manque de temps

Certains voudraient bien apprendre une nouvelle langue, commencer une nouvelle activité ou lancer un nouveau projet. Mais ils n’ont malheureusement pas le temps pour ça.

Or ce n’est pas qu’une question de temps.

C’est surtout une question de priorités. Et aussi d’envie. Si je peux me permettre…

On peut d’ailleurs traduire “J’ai pas le temps !” par “J’ai d’autres choses à faire !”. Ou bien “J’ai pas envie !”.

Certaines activités sont naturellement chronophages. Surtout pour ce qu’elles rapportent.

Par exemple, savez-vous que le français moyen passe 3 heures par jour devant un écran de télé ?

D’autres passent ce même temps sur Youtube, les réseaux sociaux, devant la console, sur des machines de musculation ou avec des gens qu’ils n’apprécient pas vraiment.

Je vous laisse imaginer le nombre d’heures que ça vous laisse sur un jour, un mois, et même une année !

Le vrai problème, ce n’est pas le manque de temps.

Le vrai problème, c’est notre gestion des priorités.

Si apprendre le coréen, commencer la danse country ou lancer votre chaîne Youtube sur le tennis devient votre nouvelle priorité, vous trouverez le temps nécessaire pour vous lancer et vous investir.

Je vous le garantis !

#12 - La loi de Parkinson

La loi de Parkinson, ou la loi des gaz parfaits, se résume à un principe simple :

Un gaz occupe tout l’espace disponible.

Et bien c’est la même chose avec le temps !

Le temps peut occuper tout l’espace qui lui est dédié. Et c’est souvent le cas !

On surnomme aussi cette loi le théorème de l’étudiant.

Tout bon étudiant, d’une manière générale, révise au dernier moment. Comme les dernières semaines, voire les derniers jours avant un examen.

Et on l’a tous plus ou moins fait !

Si on nous donne 2 semaines pour boucler un dossier, on aura tendance à rallonger notre temps de travail sur ces 2 semaines.

Si on se donne 3 mois pour écrire un livre, on se basera sur ces 3 mois. En veillant à respecter cette intervalle. Même si on pouvait écrire ce même livre en 2 semaines.

Si on se donne 10 minutes pour écrire un article, on fera tout pour le boucler en 10 minutes.

Si on se donne 5 minutes pour enregistrer une vidéo, on aura tendance à respecter cette limite de temps. Même sans le vouloir !

L’idéal est donc de restreindre sa limite de temps, pour éviter de traîner en longueur. Et donc, de procrastiner !

Le but n’est pas de vous stresser. Mais de vous motiver, en vous apprenant à être efficace.

#13 - Le besoin de choisir

Dans la vie, il faut toujours faire des choix.

On ne peut pas tout avoir. Dans une vie comme là, maintenant, tout de suite !

On ne peut pas avoir visité tous les pays du monde. Et encore moins tous les recoins !

On ne peut pas être médecin, avocat, ingénieur et boulanger en même temps ! Ni dans une vie !

Si on souhaite exceller dans une discipline sportive, il va falloir choisir entre le tir à l’arc, le karaté et le tennis.

Si on souhaite maîtriser un instrument de musique, il va falloir choisir entre le piano, le violon et la clarinette.

Une vie ne suffit pas pour connaître toutes les séries, tous les films, tous les jeux vidéos, tous les mangas et toutes les bandes dessinées. Sans parler des nouveautés qui sortent chaque jour !

Et on a tous 24 heures dans une journée.

Bref, il y a un moment pour tout. Et il y a une vie pour tout.

Le besoin de choisir est donc naturel.

#14 - Voyager ne fait pas tout

On connaît tous l’adage “Voyager forme la jeunesse.”.

C’est vrai dans l’absolu. Mais un voyage ne forme pas toujours une personne.

Un voyage, aussi long soit-il, ne fait pas l’évolution d’une personne à lui seul.

J’en connais qui ont beaucoup voyagé (au sens de faire le tour du monde, pendant des années !), mais qui ne sont pas aussi évolués qu’ils l’affirment.

Certains sont même restés inchangés. Même s’ils pensent tout le contraire !

Ils sont même moins évolués que certains qui ont rarement quitté leur lieu d’origine, voire jamais !

Il ne suffit donc pas de voyager pour évoluer.

L’évolution est avant tout un choix personnel.

#15 - Les donneurs de leçons

Les donneurs de leçons, ce sont les premiers à donner des conseils. Et les derniers à les appliquer !

Ce sont aussi les derniers à parler en connaissance de cause.

On peut les résumer en une phrase : “Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais !”.

Ils sont les premiers à nous dire d’apprendre une langue “importante” comme le chinois. Même s’ils n’en parlent pas un mot.

Ils sont les premiers à nous conseiller le Canada ou l’Australie comme prochain lieu d’expatriation. Même s’ils sont les derniers à y avoir mis les pieds.

Ils sont les premiers à nous dire de faire de hautes études. Même s’ils n’ont déjà pas obtenu leur bac.

Vous n’avez donc aucun conseil à recevoir de ces gens-là.

Vous pouvez aussi les rembarrer, en leur demandant s’ils ont déjà appliqué leurs conseils.

Par ailleurs, ceux qui se mêlent de la vie des autres (en plus de vouloir la diriger !) ne sont déjà pas capables de gérer la leur.

#16 - La créativité est un chat

La créativité, c’est comme un chat.

On ne l’attire pas en lui courant après. Même quand il s’agit d’un chat domestique, au sens propre et figuré.

Mais on peut l’attirer avec des croquettes.

En même temps, et par définition, un chat, ça vient quand ça veut !

Et bien c’est la même chose avec la créativité !

Elle ne se manifeste pas toujours comme on veut. Ni quand on veut !

Mais on peut toujours l’attirer avec des notes. Surtout quand elle est prête à se manifester.

#17 - L'écriture minimaliste

Seth Godin est un blogueur et auteur connu dans le domaine du marketing.

Si vous êtes à l’aise avec l’anglais, je ne peux que vous conseiller son blog.

Cet auteur a l’art d’écrire des articles courts, simples et efficaces.

Certains de ses articles font même 2 à 3 paragraphes seulement.

Il ne se prend pas la tête.

Il écrit son article comme s’il parlait à un ami.

Et il hésite encore moins à faire d’une phrase un paragraphe.

Comme ici.

Bref, Seth Godin est un modèle en matière d’écriture minimaliste.

Il est la preuve vivante qu’on peut écrire d’excellents articles, sans se prendre la tête avec la longueur, le style, et même le sujet abordé !

#18 - La meilleure façon d'écrire

Pour bien écrire, il n’y a pas besoin d’être le nouveau Balzac.

Il n’y a pas besoin d’utiliser des figures de style dans tous les sens. Ni des expressions savantes à tout-va. Juste pour se donner un “genre” !

Il suffit d’écrire de manière naturelle. En style parlé. Comme si on écrivait une lettre (ou un e-mail) à un ami. Tout simplement !

Dans le cas d’un blog, il suffit d’écrire des articles simples et agréables à lire. Pas des dissertations indigestes où le lecteur moyen comprendra au mieux 1 mot sur 5, s’il ne s’est pas déjà barré entre temps.

Et dans le cas d’un guide pratique ou d’un roman ? Même principe !

Pourquoi faire si compliqué quand on peut faire aussi simple ?

La meilleure façon d’écrire, c’est d’écrire de façon simple, digeste et en étant soi-même.

#19 - Un problème de longueur

Un article long n’est pas forcément de meilleure qualité.

La règle est la même avec le podcast et la vidéo.

Et pourtant, on associe souvent la longueur à un certain gage de qualité.

C’est psychologique.

C’est comme si un livre de 500 pages était forcément un chef d’oeuvre. Surtout comparé à un bête livre de 25 pages.

Mais préférez-vous lire un livre indigeste de 300 pages, qui ne vous rapportera strictement rien si ce n’est de l’ennui ? Ou un livre de 15 pages, passionnant, agréable à lire et qui changera votre vie ?

Préférez-vous regarder une vidéo marrante de 5 minutes sur Youtube ? Ou un film ennuyeux de 2 h 30 ?

Vous voyez ? La longueur ne fait pas (toujours) la qualité !

Et c’est l’une des meilleures raisons de privilégier le format court à partir de maintenant.

#20 - Un chapitre par jour

Il existe une méthode simple pour lire un livre. Surtout s’il est long, et relativement complexe.

Il suffit d’y consacrer un chapitre par jour.

Ça peut prendre entre 5 à 45 minutes, selon la longueur du chapitre, sa complexité et votre vitesse de lecture.

On peut ainsi définir un rythme selon le nombre de chapitres.

Si le livre est divisé en 15 chapitres, on peut le finir en 15 jours.

Bien entendu, le premier chapitre inclut l’introduction.

Et le dernier inclut la conclusion.

> 21-30