Retour au sommaire


L'approche scolaire des langues

Si l'enseignement des langues à l'école était si efficace, du moins en France, ça se saurait.

On serait tous bilingues (avec une LV1) voire trilingues (avec une LV2) à la sortie du collège.

On serait même quadrilingues (avec une LV3 bien choisie) à la sortie du lycée.

Et les étudiants en langues, alors ?

Ce seraient des Benny Lewis en puissance à la sortie de l'université.

Or on est encore bien loin des résultats espérés !

On n'arrive déjà pas à atteindre un niveau bilingue, rien qu'en anglais !

Et ça s'explique pour ces deux principales raisons :

L'approche (trop) théorique

L'enseignement des langues, qui se base sur une approche scolaire "traditionnelle", privilégie l'aspect théorique.

Et ce, au détriment de l'aspect pratique, mais pourtant essentiel !

On préfère se concentrer sur la grammaire, l'écrit et la lecture plutôt que l'oral.

On enseigne une langue dite "vivante" comme on enseigne le latin et le grec ancien.

On enseigne une langue comme on enseigne les maths et la physique.

On nous apprend une règle de grammaire comme on nous apprend un théorème en maths ou une loi en physique-chimie.

On nous apprend des phrases bidons du genre "My taylor is NOT rich." ("Mon tailleur N'est PAS riche.") ou "The elephants are drinking milk." ("Les éléphants boivent du lait.").

Et non des phrases utiles comme "I would like a Coke." ("Je voudrais un Coca.") ou "How can I get to the Empire State Building ?" ("Comment aller à l'Empire State Building ?").

Et si on nous fait pas répéter des mots et des phrases bidons (souvent dictés par des vieux magnétophones de -2 560 avant J.C.) comme des moutons dépressifs prêts à se jeter du bord d'une falaise, on nous fait étudier des textes d'un ennui à faire passer n'importe quel épisode de Maigret pour un film des Avengers.

Il n'est donc pas question d'être opérationnel, une fois dans les rues de New York.

Or le premier but d'une langue est d'être parlée. Pas d'être écrite !

Dans tous les cas, des années de connaissances académiques d'une langue ne vaudra jamais des secondes de pratique en situation réelle.

D'ailleurs, on a tous appris notre langue maternelle à l'oral. Et ce, bien avant d'avoir appris à la lire et à l'écrire.

Le manque de pratique

On ne peut pas apprendre correctement une langue sur 3 trimestres, avec un rythme irrégulier de 3 à 4 heures par semaine.

La première des choses est de définir une plage quotidienne de 20 minutes par jour. Et de s'y tenir.

Ensuite, il est essentiel de rendre son apprentissage vivant. Autrement dit, de privilégier l'écoute, l'oral et le vocabulaire de la vie courante.

Vous aurez tout le temps de vous pencher sur l'écrit, la grammaire et le vocabulaire spécialisé par la suite.

D'ailleurs, si on parle de langue vivante, c'est pour une bonne raison !

Vous pouvez déjà apprendre en autodidacte avec de la musique, des vidéos, des séries, des jeux vidéo et des livres audio.

Ce seront autant de moyens de joindre l'utile à l'agréable.

Vous pourrez ensuite envisager des échanges avec des correspondants en ligne.

Vous pouvez même participer à des échanges linguistiques autour d'une bière. Ou bien taper la discute avec des touristes dans votre langue apprise.

Les voyages restent d'ailleurs un incontournable quand on est bien motivé à apprendre la langue du pays, une fois sur place.

Dès la seconde, j'ai très vite compris que les meilleurs élèves ne s'étaient pas contentés de quelques heures de cours dans une salle de classe.

Ils étaient au contraire les premiers à lire les derniers tome de Harry Potter dans leur version d'origine. Et à regarder les derniers épisodes de Desperate Housewives sortis aux Etats-Unis.

Ils étaient aussi les premiers à participer aux échanges scolaires.

Ma (meilleure) prof d'allemand de première nous faisait aussi bien comprendre qu'on apprenait une langue partout, mais (surtout) pas dans une salle de classe.

Vous l'aurez compris, il n'y a rien de tel que d'apprendre une langue par soi-même et en privilégiant la pratique en situation réelle.

N'en déplaise aux défenseurs du système scolaire, l'école traditionnelle n'est (encore) pas le meilleur endroit pour apprendre une langue. Et c'est bien dommage !


Retour au sommaire