Retour au sommaire


La loi de la meute

Quand on veut être accepté dans un groupe, on fait tout pour s'y conformer.

On s'oblige à suivre ses codes et ses idées. Même s'ils sont à l'opposé de notre mode de pensée.

On est même prêt à se sacrifier. Jusqu'à oublier d'être soi. Et de vivre sa vie comme il se devrait.

On a tous ce besoin d'appartenance. C'est humain.

On a aussi cette peur du rejet. Et de finir comme un paria.

On est comme des loups qui veulent être acceptés dans une meute.

Sinon, on aura peu de chances de survivre. Même si on est un loup solitaire et de nature débrouillarde.

On peut observer ce phénomène dès la maternelle.

Et c'est d'autant plus flagrant dès le collège et l'adolescence.

On se sent obligé de boire et de fumer comme les copains.

Ça peut même aller jusqu'aux drogues dures.

On se sent obligé d'aimer le foot. Et de porter des chaussures et des vêtements de marque.

On se sent obligé de regarder telle série, tel film ou telle émission télé.

On se sent obligé de jouer à tel jeu vidéo.

Parce que si on ne le fait pas, on n'aura pas de point commun. Ni de sujet de conversation sous la main pour animer la cour de recré autour d'un bon débat.

On sera donc automatiquement écarté.

Si on ne boit pas, on ne sera pas drôle.

Si on ne fume pas, on ne pourra pas se donner une image de mec ou de nana cool.

Et si on a le malheur d'aimer le golf et la musique classique ? On passera au mieux pour un extra-terrestre.

Sauf si ça fait partie des centres d'intérêt du groupe, bien entendu.

On est même prêt à commettre de mauvais actes. Même si c'est à l'encontre de notre nature.

Et ce, même si on risque de s'attirer des problèmes qui n'ont même pas lieu d'exister.

Parce que si on ne le fait pas, on passera au mieux pour un lâche. Et pour une personne indigne de confiance.

On se sent même obligé de fréquenter des personnes qu'on n'a pas spécialement envie de fréquenter.

Mais on n'est pas obligé non plus d'être un pantin, prêt à rejoindre une secte, en laissant son cerveau dans les vestiaires à l'entrée.

On n'est pas obligé de plaire à un groupe en imitant tous ses membres.

On n'est pas obligé de devenir un clone de clone.

On n'est pas obligé de vendre son âme pour les autres.

Appartenir à un groupe, c'est bien.

C'est même un besoin humain.

Mais si ce groupe ne correspond pas à nos valeurs, autant s'en écarter.

Il vaudra mieux se diriger vers un autre, qui correspondra plus à notre vraie nature.

Sinon, mieux vaut être seul que mal entouré.


Retour au sommaire