< Page Précédente (1-10)


Le petit-déjeuner en mode zen

Il n'est jamais trop tard pour prendre son petit-déjeuner en silence.

Certains ne peuvent pas s'empêcher le lire le journal local avec leur café, et Télé Matin sur France 2 ou France Info en bruit de fond.

Or il n'y a rien de tel pour mal commencer la journée que de se remplir la tête de toutes sortes d'informations négatives.

Vous aurez beau apprendre des nouvelles comme : - un accident de car sur un passage à niveau à St-Malo, avec un bilan de 52 morts - un village détruit par un tremblement de terre en Inde - de nouveaux bombardements en Syrie - la nouvelle phrase choc d'un homme politique, récemment accusé de détournement de fonds et de trahison envers son parti, etc.

Qu'est-ce que ça va changer dans votre vie, concrètement ? Si ce n'est de vous mettre dans un mauvais état d'esprit dès le matin.

Le mieux, c'est de prendre votre petit-déjeuner en appréciant cet instant dans le silence. Sans allumer la télé. Ni la radio.

C'est la meilleure façon de bien commencer sa journée. Et d'avoir le bon état d'esprit pour l'affronter. Surtout si elle s'annonce déjà difficile.

Vous verrez la différence au fil des jours.

Vous verrez la différence dès la première semaine.

Votre état d'esprit pour affronter vos journées ne sera plus le même.

Votre vision du monde risque aussi de changer. Et dans le bon sens !


Le principe du kung fu

Le kung fu ne se limite pas à un art martial par abus de langage.

Le kung fu ne se limite pas à une branche d'arts martiaux en particulier.

J'ai d'ailleurs appris que le terme kung fu voulait surtout dire "long et difficile à apprendre".

Vous vous souvenez peut-être de la scène du film The Karate Kid de 2010, où Jackie Chan explique à Jaden Smith l'intérêt d'enlever et de remettre sa veste en 4 phases.

On peut d'ailleurs la retrouver dans une des bandes-annonces officielles.

Jackie Chan dit à un moment :

Le kung fu est dans tout ce que l'on fait.
Le kung fu est dans la manière de mettre sa veste. Dans la manière de traîter les gens.
Le kung fu, est au coeur de tout !

On retrouve donc le kung fu dans tous les domaines de la vie.

On retrouve le kung fu dans les arts martiaux, les maths, les langues, l'écriture, la cuisine, la peinture et la danse.

Sinon, on n'a jamais fini d'en apprendre dans un domaine. Même après des dizaines d'années de maîtrise !


La définition du voyage

Voyager, ça ne se résume pas à faire le tour du monde. Ni à participer au concours de "qui s'est rendu dans le plus de pays et d'endroits dans le monde."

Voyager, ça ne se résume pas à partir vers un pays lointain et exotique. Même si ça permet de se donner une certaine "prestance".

Il n'y a pas besoin d'aller jusqu'en Inde, en Australie, en Thaïlande ou au Canada pour voyager.

On peut aussi voyager dans des pays frontaliers. Même s'ils paraissent moins "séduisants" et trop "classiques" pour certains.

On peut aussi voyager en faisant le tour d'un pays.

On peut aussi voyager en faisant le tour de son propre pays. Et en découvrant ses autres régions. Tout simplement.

D'ailleurs, combien de voyageurs ne connaissent presque rien de leur propre pays ?

Voyager, ça ne se résume pas à prendre des vacances dans un hôtel club all-inclusive sur un autre continent. Surtout si c'est pour passer les 90 % de son séjour autour de la piscine ou à la plage.

Voyager, ça ne se résume pas à faire un circuit en mode "couloir", avec une pancarte et un appareil photo autour du cou.

Voyager, ça consiste aussi à sortir des sentiers battus. Et à ne pas juste suivre des masses de touristes, dans une ville ou un lieu transformé en Disneyland. Même si c'est devenu plus difficile avec le tourisme de masse et la mondialisation.

Voyager, ça ne consiste pas non plus à devenir un nouveau Antoine de Maximy. Ni un influenceur-aventurier qui passe sa vie à remplir son compte Instagram de photos-souvenirs et sa chaîne Youtube de vlogs.

Voyager, ça consiste simplement à se rendre dans un nouvel endroit pour l'explorer, s'y dépayser et s'y adapter.


Voyager ne fait pas tout

On connaît tous l'adage "Voyager forme la jeunesse.".

C'est vrai dans l'absolu. Mais un voyage ne forme pas toujours une personne.

Un voyage, aussi long et enrichissant soit-il, ne fait pas l'évolution d'une personne à lui seul.

Un voyage peut même avoir tout l'effet inverse.

J'en connais qui ont beaucoup voyagé (au sens de faire le tour du monde, pendant des années !), mais qui ne sont pas aussi évolués qu'ils l'affirment.

Certains sont même restés inchangés. Même s'ils pensent tout le contraire !

Ils sont même moins évolués que certains qui ont rarement quitté leur lieu d'origine, voire jamais !

Il ne suffit donc pas de voyager pour évoluer.

Evoluer est avant tout un choix personnel.


Les donneurs de leçons

Les donneurs de leçons, ce sont les premiers à donner des conseils. Mais aussi les derniers à les appliquer !

Ce sont aussi les derniers à parler en connaissance de cause.

On peut les résumer en une phrase : "Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais !".

Ils sont les premiers à nous dire d'apprendre une langue "importante" comme le chinois. Même s'ils n'en parlent pas un mot.

Ils sont les premiers à nous conseiller le Canada ou l'Australie comme prochain lieu d'expatriation. Comme si c'était LA Terre Promise par excellence. Même s'ils sont les derniers à y avoir mis les pieds.

Ils sont les premiers à nous dire de faire de hautes études. Même s'ils n'ont déjà pas obtenu leur bac.

Vous n'avez donc aucun conseil à recevoir de ces gens-là.

Vous pouvez aussi les rembarrer, en leur demandant s'ils ont déjà appliqué leurs conseils.

Par ailleurs, ceux qui se mêlent de la vie des autres (en plus de vouloir la diriger !) ne sont déjà pas capables de gérer la leur.


Le paradoxe de l'indépendance

On peut se considérer comme une personne indépendante.

On peut se considérer comme un loup solitaire, plutôt qu'un chien bête et obéissant.

Mais il faut aussi comprendre qu'on n'est JAMAIS indépendant à 100 %.

On dépendra TOUJOURS d'une personne, à un moment ou à un autre.

Et c'est là tout le paradoxe de l'indépendance.

Un dirigeant, aussi puissant soit-il, n'est rien sans son peuple, ses partisans et ses alliés.

Un patron, aussi riche soit-il, n'est rien sans ses clients, ses employés et ses partenaires.

Un chanteur, aussi célèbre soit-il, n'est rien sans ses fans, ses producteurs et son staff.

Un youtubeur, aussi influent soit-il, n'est rien sans son public, ses sponsors et YouTube.

L'idéal, c'est d'être le plus indépendant possible de mauvaises personnes.

L'idéal, c'est d'être plutôt dépendant de bonnes personnes, prêtes à nous soutenir.


Les solutions miracles

Quand on veut exceller dans un domaine ou atteindre un objectif, on est si bien tentés de trouver un raccourci.

Dans l'idéal, et avec un peu (beaucoup même !) de chance, il suffira d'une solution miracle.

Mais dans la triste réalité, on peut perdre des heures voire des années de sa vie à trouver une telle solution miracle.

Certains en profitent même pour vendre des "pilules magiques" sous toutes les formes. En passant d'un bête comprimé à une application mobile.

Et on peut parler ici d'un véritable business.

Parce qu'en réalité, il n'existe aucune solution miracle à proprement parler.

Il n'existe aucune solution miracle pour devenir riche.

Il n'existe aucune solution miracle pour arrêter de fumer.

Il n'existe aucune solution miracle pour apprendre le japonais.

Il n'existe aucune solution miracle pour apprendre la guitare.

Il n'existe aucune solution miracle pour perdre du poids.

Il existe juste de bonnes méthodes et de bons principes.

Sinon, rien ne vaudra des heures voire des années de pratique, de travail et de persévérance.

On a tous appris à marcher et à parler notre langue maternelle, sans avoir eu recours à une soi-disant "solution miracle".

Ça nous a pris de longues années de notre enfance.

Ça nous a pris des centaines voire des milliers d'heures de pratique.

Du moins, si on s'est pris la peine de compter.

D'ailleurs, ce ne serait pas une fierté d'avoir réussi du premier coup. Comme s'il suffisait d'un bête miracle.

Ça reviendrait à tricher pour arriver à ses fins.


Une question d'importance

Johnny était un chanteur célèbre, critiqué et haï par des millions de gens.

Mais Johnny avait aussi des millions de fans. Et il le savait !

Il se fichait complètement des millions de haters.

Il ne chantait pas pour eux, de toute façon.

Il chantait pour ses fans et partageait sa passion pour la musique avant tout.

Ça me rappelle une discussion avec une personne.

La dernière fois où je lui ai dis : "Au fait, untel a (encore !) dit du mal de toi !", sa réponse m’a marqué :

"Eh ben ! Je suis si importante que ça ?"

Et elle avait raison !

Si on parle de nous, en bien comme en mal, on nous donne de l’importance.

Si au contraire, personne ne parle de nous, on ne nous donne aucune importance.

D'ailleurs, il n'y a rien de pire que l'indifférence !

Et ça, Johnny l’avait compris !

Tous les haters qui le critiquaient et disaient du mal de lui, jusqu’à boycotter ses concerts, n’arrivaient qu’à une seule chose : lui faire de la pub !

Andy Warrol disait d'ailleurs :

Toute publicité est bonne publicité.


La loi de Parkinson

La loi de Parkinson, qu'on appelle aussi la loi des gaz parfaits, se résume à un principe simple :

Un gaz occupe tout l'espace disponible.

Et bien c'est la même chose avec le temps !

Le temps occupe souvent tout l'espace qui lui est dédié.

D'ailleurs, on surnomme aussi cette loi le théorème de l'étudiant.

Tout bon étudiant, d'une manière générale, révise au dernier moment. Comme les dernières semaines, voire les derniers jours avant un examen.

Et on l'a tous plus ou moins fait !

Si on nous donne 2 semaines pour boucler un dossier, on aura tendance à rallonger notre temps de travail sur ces 2 semaines.

Si on se donne 3 mois pour écrire un livre, on se basera sur ces 3 mois. Même si on pouvait écrire ce même livre en 2 semaines.

Si on se donne 10 minutes pour écrire un article, on fera tout pour le boucler en 10 minutes.

Si on se donne 5 minutes pour enregistrer une vidéo, on aura tendance à respecter cette limite de temps.

L'idéal est donc de restreindre sa limite de temps, pour éviter de traîner en longueur. Mais aussi de procrastiner !


La définition d'un geek

Quand on pense à un geek, on imagine souvent un fana d'informatique et de jeux vidéos qui passe sa vie devant un écran, qui lit des mangas et qui mange des pizzas, avec des lunettes et un T-shirt de Star Wars.

On emploie aussi le terme otaku au Japon.

Il suffit même de passer 2 minutes sur son téléphone entre deux cours de maths pour porter l'étiquette de geek.

Mais un geek, ce n'est ni plus ni moins qu'un passionné dans un domaine précis. Et qui va s'y intéresser à fond.

Un geek va se renseigner un maximum sur un sujet. Et tout faire pour s'y perfectionner.

On peut ainsi être un geek de la cuisine, des langues, de l'automobile, de la boxe anglaise, de la pêche en eau de mer, du montage vidéo ou du développement personnel.

Le terme geek ne se limite donc pas à l'informatique, aux jeux vidéos, aux mangas, au cinéma et aux séries.

Il suffit d'une passion pour devenir un geek.



Page Suivante (21-30) >

Des cookies sont utilisés sur ce site afin d'améliorer l'expérience utilisateur. En savoir plus