Notes - 1-10

1 - Le développement personnel, c'est quoi ?

Avant, je considérais le développement personnel comme un amas de concepts ésotériques destinés à des sectes New Age et des bio-écolos-hippies illuminés.

Je ne parle même pas du côté “obscur” que j’aborderai sans doute par la suite.

Or le développement personnel n’a rien d’ésotérique en soi.

Pour faire simple, on peut le résumer en un ensemble de principes pour changer sa manière de vivre. Et aussi sa vie, par extension.

On peut aussi le diviser en plusieurs branches comme la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), la pensée positive, l’EFT (Emotional Freedom Techniques), l’analyse transactionnelle, l’hypnose, la loi de l’attraction et j’en passe.

En théorie, il suffit de lire des livres et de suivre des formations sur ces sujets.

Mais en pratique, si on n’applique pas les principes énoncés, le développement personnel à lui seul ne sert à rien.

Il ne suffit pas de lire un livre d’Anthony Robbins (comme Pouvoir Illimité, qui est considéré comme un résumé incontournable de la PNL) pour changer sa vie du jour au lendemain.

Ce sera une perte de temps si on n’a déjà pas l’intention d’appliquer les principes, sérieusement et concrètement.

Et parfois, ça demande du temps. Beaucoup de temps.

Ça peut demander des mois, voire des années entières. Comme c’était mon cas.

Et encore, j’ai toujours d’énormes progrès à faire.

Quand on a vécu de longues et mauvaises périodes de sa vie, il est difficile de se relever et de rebondir.

Et c’est d’autant plus difficile quand on a été conditionné par toutes sortes de pensées négatives, elles-mêmes dictées par un entourage négatif.

On est même tenté de tout détruire. Et d’oublier tous les principes appris et appliqués au fil du temps.

D’ailleurs, comment expliquez-vous que des stars ayant atteint des sommets soient devenues si malheureuses, au point d’envisager leur mort ?

Heureusement, notre besoin d’évoluer nous rappelle à l’ordre. Et nous incite à regarder devant pour continuer à vivre dans de meilleures conditions.

Le développement personnel peut donc se résumer à un ensemble de principes de vie concrets pour évoluer dans le bon sens.

#2 - Une nouvelle vision de la philo

Avant, je détestais la philo. Même si c’était en grande partie à cause de ma première prof, qui avait tout d’une illuminée, en étalant sa science à tout-va.

J’ai eu une meilleure remplaçante par la suite. Et j’ai commencé à m’y intéresser un peu plus ! Mais j’ai vite perdu le fil après l’épreuve du bac.

A force d’étudier le développement personnel (au sens concret !), j’ai enfin compris le vrai sens du mot “philosophie”.

J’ai enfin compris en quoi la philosophie était une matière si importante dans l’enseignement au lycée. Mais aussi dans la vie de tous les jours.

Beaucoup pensent encore que c’est une matière superficielle voire inutile.

J’en faisais partie.

Avant, je considérais la philo comme une matière théorique et inutile, bonne pour les littéraires à côté de leurs pompes.

En fin de compte, ce n’est pas une matière inutile. Mais plutôt mal enseignée. Disons ça comme ça…

L’enseignement de la philo rejoint le problème des langues.

On l’enseigne sous sa forme théorique et chiante.

Si cette matière était enseignée au sens pratique et ludique, on pourrait parler de développement personnel. Même en citant Platon, Descartes ou Aristote.

On pourrait aussi citer Anthony Robbins, Jack Carnfield ou Christian Godefroy.

Mais ça ne ferait pas assez “scolaire”. Et c’est bien dommage !

#3 - Le meilleur moment de l'année

Le meilleur moment de l’année, ce n’est pas forcément le Nouvel An.

On est toujours tenté de prendre de nouvelles résolutions à ce moment-là.

Même si 99,99 % d’entre elles finiront par échouer, faute de les avoir définies comme des objectifs.

Et puis, le temps entre les vacances de Noël et la nouvelle année est bien trop court. En plus d’être en plein dans les fêtes !

Selon moi, rien ne vaut la rentrée de septembre !

Et je ne suis pas le seul à le penser.

C’est déjà un moment symbolique avec la rentrée des classes.

Une nouvelle année scolaire commence. Donc une nouvelle période annuelle par extension.

On a aussi 2 à 3 semaines de vacances d’été pour réfléchir.

Certains ont même la chance d’avoir les 2 mois complets.

Dans d’autres pays et zones géographiques comme le Japon et la Nouvelle-Calédonie, la rentrée scolaire commence en avril.

On peut donc prendre le début du mois d’avril comme référence dans ce genre de cas.

Mais on n’est pas obligé de se baser sur un mois de rentrée scolaire non plus.

On peut prendre n’importe quelle résolution à n’importe quel moment de l’année.

On peut décider :

  • d’arrêter de fumer un 21 mai
  • de perdre du poids un 3 février
  • d’apprendre une nouvelle langue un 15 juin

Il suffit même d’un événement ou d’un choc émotionnel.

Le meilleur moment de l’année, c’est le moment où on décide enfin de passer à l’action.

#4 - La définition d'un objectif

On a tous pris des résolutions pour la nouvelle année. Comme “arrêter de fumer”, “perdre du poids” ou “apprendre une nouvelle langue”.

On a tenu quelques jours. Ou quelques semaines, au mieux. Et on a tout plaqué ensuite !

Et pour cause, 99,99 % des résolutions du Nouvel An sont vouées à l’échec.

La raison ? L’absence d’objectif concret.

Un bon objectif doit être mesurable en temps avec des résultats concrets et atteignables.

Le meilleur moyen d’arrêter de fumer, c’est de se fixer un objectif comme “Dans 30 jours, j’arrête de fumer.”.

On peut ensuite réduire le nombre de cigarettes par jour.

Si on veut perdre du poids, on peut se fixer un objectif comme “Perdre 12 kilos en 3 mois.”.

C’est tout à fait réalisable !

Je me souviens même d’avoir perdu 9 à 10 kilos entre février et mars 2017. Et c’est pas une blague !

Si on souhaite apprendre une langue, on peut se fixer un objectif comme :

  • “Apprendre 150 mots d’espagnol en 30 jours”
  • “Atteindre un niveau B2 (courant) en anglais en un an”
  • “Maîtriser les bases du japonais en voyage en 3 mois.”

Et on peut même se fixer un objectif quotidien en plus.

“Apprendre 150 mots d’espagnol en 30 jours” revient à “Apprendre 5 mots d’espagnol par jour pendant 30 jours”.

C’est loin d’être insurmontable !

Et c’est d’autant plus motivant d’y aller pas à pas de cette manière.

#5 - La méthode kaizen

On peut vite être découragé à l’idée de réaliser un projet ambitieux. Surtout si le chemin s’annonce (très) long.

Mais le meilleur moyen d’y arriver est d’avancer par petits pas. Et d’y aller à son rythme. Lentement, mais sûrement.

Comme la tortue dans la célèbre fable de La Fontaine.

C’est justement le principe de la méthode kaizen, qui veut dire “petits pas” en japonais.

On ne mange pas un immense gâteau d’un coup.

On va plutôt le manger par morceaux.

On ne gravit pas une montagne d’une traite.

On va plutôt l’escalader par étapes.

On n’écrit pas un livre de 300 pages en un jet.

On va plutôt avancer avec un objectif de pages quotidien.

Et on n’atteint pas une destination en claquant des doigts.

A moins de s’appeler Joséphine Ange Gardien. Et encore…

#6 - La clé de la régularité

Pour réussir dans n’importe quel domaine, la régularité est la clé.

Et quand je parle de régularité, je veux parler d’une séance quotidienne avec une limite de temps précise. Comme 20 minutes par jour.

Certains espèrent atteindre des résultats en sautant plusieurs jours. Ou en rallongeant l’espace de temps.

Or apprendre la guitare en une longue séance de 2 h 30 par semaine n’équivaut pas à une séance quotidienne de 20 minutes bien respectée.

La différence sera visible sur le long terme.

C’est le même principe avec les 5 fruits et légumes par jour.

Manger 35 fruits et légumes par semaine ne revient pas à manger 5 fruits et légumes par jour.

#7 - Le principe du kung fu

Le kung fu ne se limite pas à un art martial au sens large. Ni par abus de langage.

Le kung fu ne se limite pas à une branche d’arts martiaux en particulier.

Un maître-enseignant de Wing Tsun me l’avait d’ailleurs bien expliqué.

Selon lui, le terme kung fu voulait juste dire “long et difficile à apprendre”.

Il m’avait aussi expliqué que le kung fu concernait tous les domaines de la vie.

Autrement dit, et en reprenant ses mots :

Les arts martiaux, c’est du kung fu.
La peinture à l’huile, c’est du kung fu.
Les maths, c’est du kung fu.
Les langues, c’est du kung fu.
L’écriture, c’est du kung fu.
La cuisine, c’est du kung fu, etc.

On peut aussi se fier à une des scènes du film The Karate Kid de 2010, où Jackie Chan explique à Jaden Smith l’intérêt d’enlever et de remettre sa veste en 4 phases.

Il dit d’ailleurs à un moment :

Le kung fu est dans tout ce que l’on fait.
Le kung fu est dans la manière de mettre sa vaste. Dans la manière de traîter les gens.
Le kung fu, est au coeur de tout !

On n’a donc jamais fini d’apprendre et d’expérimenter dans chaque domaine de la vie. Même après des dizaines d’années de maîtrise !

#8 - Le problème des excuses

Le problème des excuses, c’est qu’elles nous empêchent de se lancer, d’avancer, et même de réussir.

Et des excuses, on peut en trouver des tonnes comme :

  • la météo
  • le manque de temps
  • l’âge
  • le physique (se sentir trop gros / mince / laid)
  • le niveau d’intelligence
  • l’absence de talent
  • la difficulté
  • l’avis des parents, des collègues, de Marcel au bar PMU du coin et des voisins d’en face
  • la crise économique, écologique, géopolitique et même globale à l’échelle mondiale, pour les plus pessimistes !
  • les problèmes persos
  • les échecs
  • la mauvaise humeur du jour
  • et j’en passe !

Alors comment bannir ces excuses ?

Et bien il suffit de trouver des moyens pour les contourner. Et de les oublier.

Un proverbe le résume très bien :

Ceux qui veulent réussir trouvent des moyens.
Ceux qui ne veulent pas réussir trouvent des excuses.

Vous pouvez remplacer “J’ai pas le temps.” par “Je vais trouver du temps.”.

Vous pouvez remplacer “J’ai pas les moyens.” par “Je vais trouver de l’argent.”.

Vous pouvez remplacer “J’ai pas les compétences.” par “Je vais me former.”.

Vous pouvez remplacer “Je suis trop âgé.” par “Ce n’est pas trop tard. Je peux encore le faire.”.

Surtout si vous êtes encore en état de le faire !

#9 - Privilégier le matin

Le matin est le meilleur moment de la journée.

C’est le moment où on est le plus productif. Même quand c’est lundi !

Il suffit de se lever plus tôt. Et de commencer plus tôt.

Il est toujours plus difficile de se lancer à des heures tardives.

Le soir, on trouve toutes les excuses du monde pour ne rien faire. Et tout repousser au lendemain.

On est facilement tenté de regarder un film qui nous captive sur le moment, une série de vidéos sur Youtube, de sortir ou de passer du bon temps en couple, avec des amis ou en famille.

#10 - Le petit-déjeuner en mode zen

Il n’est jamais trop tard pour prendre son petit-déjeuner en silence.

Sans allumer la télé. Ni la radio.

Certains ne peuvent pas s’empêcher le lire le journal local avec leur café, et Télé Matin sur France 2 ou France Info en bruit de fond.

Or il n’y a rien de tel pour mal commencer la journée que de se remplir la tête de toutes sortes d’informations négatives.

Vous aurez beau apprendre des nouvelles comme :

  • un accident de car sur un passage à niveau à St-Malo, avec un bilan de 52 morts
  • un village détruit par un tremblement de terre en Inde
  • de nouveaux bombardements en Syrie
  • la nouvelle phrase choc d’un homme politique, récemment accusé de détournement de fonds ou de trahison envers son parti, etc.

Qu’est-ce que ça va changer dans votre vie, concrètement ? Si ce n’est de vous mettre dans un mauvais état d’esprit dès le matin.

Le mieux, c’est de prendre votre petit-déjeuner en appréciant cet instant dans le silence.

C’est la meilleure façon de bien commencer sa journée. Et d’avoir le bon état d’esprit pour l’affronter. Surtout si elle s’annonce déjà difficile.

Vous verrez la différence au fil des jours.

Vous verrez la différence dès la première semaine.

Votre état d’esprit pour affronter vos journées ne sera plus le même.

Votre vision du monde risque aussi de changer. Et dans le bon sens !

> 11-20